2020 Série

 

 

 

 

 

 

EGREGORA Série

Monde intermédiaire, champ morphogénétique, nous évoluons en permanence parmi ces zones sociales invisibles, très conditionnantes. Tout est égrégore, c'est l'archétype universel, ce qui vient conditionner nos représentations. La contre-partie psychique d'un groupe humain, une sorte de canal qui nous relie à notre dimension éthérique, ultra-profonde. C'est par lui que communiqueraient les énergies subtiles des uns et des autres qui, unifiées, forment l'égrégore. Il faut nous souhaiter des égrégores « féconds », ceux qui élèvent la conscience, qui s'efforcent d'unir et de rassembler, qui expriment des valeurs de justice, d'équité et de bienveillance.
Égrègora, réveiller, éveiller, veiller.

 

Intermediate world, morphogenetic field, we are constantly evolving among these invisible, very conditioning social areas. Everything is egregore, it is the universal archetype which comes to condition our representations. The psychic counterpart of a human group, a sort of channel that connects us to our etheric, ultra-deep dimension. It is through him that the subtle energies of each other would communicate, which, united, form the egregore. We must wish us “fertile” egregores, those who raise awareness, who strive to unite and bring together, who express values of justice, equity and benevolence.
Égrègora, awake, awaken, watch.

N.E.E.A Série


Et si notre réalité n'était que la projection de notre mental, c'est-à-dire une vision limitée par notre éducation, notre culture et les règles de la société dans laquelle nous vivons ? Le monde sensible, celui qui nous environne directement, ne serait-il que le reflet d’autres réalités, d’autres principes, bien plus subtils, bien plus profonds et surtout, bien plus  durables. Si l'on déplace notre positionnement vis a vis de  cette "réalité" d'autres possibles peuvent surgir et enrichir notre perception, soulignant par là que "Rien n'existe, tout  apparaît".

 

 N.E.E.A  Nothing Exists Everything Appears

 

And if our reality was only the projection of our mind, that is, a vision limited by our education, our culture and the rules of society in which we live? The sensible world, the one that surrounds us directly, would it only reflect other realities, other principles, much more subtle, much deeper and, above all, much more sustainable. If we move our positioning with respect to this "reality" other possibilities can arise and  enrich our perception, emphasizing that "Nothing exists, everything appears. "    

No Comment

 

 

  Instant propice  Opportunité à saisir

 

 Le bonheur se conjugue au présent, le passé n'a plus cours, le futur n'existe pas encore. Bien heureux celui qui vit le  présent. Présent ? Un cadeau donc qu'il faut savoir saisir. Cela demande une ultime présence, une connexion avec son "moi" profond, celui qui compte pour chacun et qui est  commun à tous. La nature remplit de joie celui qui sait se  laisser porter par ses charmes, bruissements de l'eau sur les  galets, reflets de lumière changeants, couleurs somptueuses et bienfaisantes. Que de paix et de beauté dans ce tableau naturel, la présence y apporte une dimension grandiose, euphorisante. Loin de nous les ambitions vénéneuses, le  dédale du mental, l'insatisfaction mortifère, tout est là. Il suffit de savourer, de se laisser guider par son instinct, sa source originelle..

 

KAIROS Série   Favorable moment Opportunity to seize

 

Happiness is conjugated in the present, the past no longer exists, the future does not exist yet. Well happy the one who lives on present. Present? A gift so you have to know how to seize. This requires an ultimate presence, a connection with his deep self, the one that counts for everyone and who is common to all. Nature fills with joy the one who knows let wear by her charms, rustling of the water on the pebbles, changing light reflections, sumptuous colors and beneficent. What peace and beauty in this natural painting, the presence brings a grandiose dimension, euphoric. Far from us the poisonous ambitions, the  maze of the mind, the deadly dissatisfaction, everything is there. It is enough to savor, to let oneself be guided by one's instinct,its original source.

INCORPORATION/DECORPORATION Série

 

Identification première : j'existe, j'en ai conscience.

Dernier souffle : la conscience quitte le territoire du corps

La double série "Homme de Niaux" et "Vésuvio" illustre ce processus, un moment fragile où tout se joue. La conscience s'incarne et puis, parfois de façon brutale, se détache du corps pour retourner au néant. Un conte photographique  métaphysique commence en Ariège à l'entrée de la grotte de Niaux. Peu à peu un être s'incarne, une forme de conscience  primitive s'éveille en lui jusqu'à ressentir la puissance et l'énergie qui l'habite, et le pousse à exister en tant que tel. Cette  même conscience lui apporte aussi des doutes, des inquiétudes face à son propre devenir et celui de ses semblables, preuve de son humanité naissante. Enfin par le jeu du hasard et de la nécessité, un événement tellurique réduit brutalement en cendres son existence, confirmant le ressenti de sa propre  fragilité. La conscience s'enfuit à nouveau dans le "grand tout", à travers le mystère de la décorporation.

 

Identification : I exist, I am aware of it.  

Last breath : the consciousness leaves the territory of the body 

The double series: "Man of Niaux" and "Vésuvio" illustrates this   process, a fragile moment where everything is played out. Consciousness becomes incarnate and then, sometimes brutally detached from the body to return to nothingness. A metaphysical photographic tale begins in Ariege ( french mountains) at the   entrance to the Niaux's cave . Step by step a being is incarnate, a form of primitive consciousness  awakens in him, until he feels power and the energy that dwells in him and pushes him to exist as such. This same consciousness also brings him doubts, worries   about his own future and that of his fellows, proof of his nascent  humanity.Finally, through the game of chance and necessity, a  telluric event abruptly reduces its existence to ashes, confirming  the feeling of its own fragility. Consciousness flees again into the "great whole", through the mystery of decorporation.

GET REAL Série

google-site-verification: google2e5bcfc2aa828bf4.html
thank you !